Vivre sans les riches ?

Abolir la Richesse

David Bordon, 2018, Editions Tropospheres.
Disponible ici

Le socialisme peut-il exister sans que soient contraintes d’une façon ou d’une autre les libertés individuelles ? Cette question agite les esprits depuis la nuit des temps, au moins depuis que John Stuart Mill l’a formulé dans le dernier de ses écrits. Mais Mill ne donna aucune réponse à ce dilemme et laissa aux générations futures l’habileté de le résoudre.

L’heure est-elle venue ?

Depuis l’effondrement du communisme, les gens de gauche s’interrogent : le capitalisme, est-il la « fin de l’histoire », une réalité inhérente à l’espèce humaine ? Leur est-il encore possible de le combattre hors d’un étatisme désormais rejeté par les peuples ? Cette question perturbe également les libéraux face à une mondialisation qui, malgré la fameuse théorie du ruissellement économique, accroît les inégalités plus qu’elle ne les réduit…

Beaucoup d’entre-nous ont prédit la mort imminente du capitalisme, certains comme Christian Cotten dès 1994, et pourtant rien ne vient. Peut-on parler en 2018 de l’ombre d’un début de changement de paradigme économique ? Les plus désespérés, les insoumis et tous les dissidents de la Terre clament la naissance d’un autre Monde mais où se cache-t-il ? Dans la toute petite chose qui émerge ici ou là, dans un village de la Drôme, dans un quartier de Chicago, dans les favelas de Rio ? Oui, bien sûr il se passe des choses : 50 ans après mai 68, des communautés réapparaissent avec le même désir d’une autre vie, mais peut-on parler d’une renaissance ?

Au-delà du brouillard médiatique de la bonne pensée économique et du flou des opinions multiples, le mérite de ce livre est d’apporter une réponse claire en traçant enfin la ligne de séparation des mondes, en délimitant nettement les différentes pensées socio-économiques pour, d’une part, identifier ce qui cloche dans les propositions de la gauche actuelle et, d’autre part, décrire très précisément ce qui structure une société socialiste capable de maintenir pour chacun la plus grande liberté individuelle.

Ce livre répond enfin au dilemme de John-Stuart Mill, c’est une leçon d’économie politique qu’il est urgent de lire….

…et qu’il faut adopter si nous voulons nous libérer un jour des monstres de la finance et de l’influence funeste des multinationales !

Pour en savoir plus

.

Voir également le livre de Philippe Richard : Abolir le droit à la fortune, Couleur livres, 2017 :

https://www.babelio.com/livres/Richard-Abolir-le-droit-a-la-fortune/913113

https://mrmondialisation.org/lhomme-qui-voulait-abolir-le-droit-a-la-fortune-ce-grand-tabou-contemporain/

Les commentaires sont fermés.